Travail et emploi

Si des emplois disparaissent dans la mutation du travail aujourd'hui, il y a toujours du travail à faire. 

La question du travail est au cœur du débat dans cette campagne électorale. L'idée d'un 'Revenu Universel ' dans le programme de Benoit Hamon, a focalisée ce débat sur le sens et la valeur du travail, et sur le plein emploi.

Dans les années 80 la Commission Sociale de la Conférences des Êvêques de France avait donné du sens dans ce qui caractérise le travail et ce qui est de l'ordre de l'emploi. Ce texte soulignait la dévalorisation de beaucoup d'emplois : tâches répétitives, pénibilités, robotisations des employés, manque de reconnaissances.... tout cela au détriment de l'aspect créateur dans l'exécution d'un travail à accomplir qui épanouis celui qui le réalise. J'ai toujours regretté que ce texte n'est pas eu plus d'échos dans la société civile. C'était à l'époque où l'on parlait du 'partage du travail'. En échos à ce texte des chrétiens ayant suffisamment de revenus sont partis plus tôt en retraite afin de permettre d'embaucher des jeunes... Ça n'a pas beaucoup fonctionné hélas.

Aujourd'hui on produit de plus en un temps record en accumulant des richesses. Les emplois qualifiés s'enrichissent et les autres s'appauvrissent jusqu'à tomber dans la misère. La mutation (crise) supprime des emplois à commencer par les moins qualifiés. Ce sont les première victimes. Au delà de savoir si on est pour ou contre cette idée d'un 'Revenu Universel, ne s'agit-il pas d'abord de repenser la valeur et le sens que l'on donne au travail comme source de progrès pour le bien commun et pour celui qui accomplit sa tâche.

Il y a toujours du travail à faire : Des besoins ne sont pas honorés : temps pour élever ses enfants, éduquer les jeunes, former des apprentis, tous les services à la personne, tous les besoins de proximités pour éviter des déplacements onéreux et fatigants, aménagements de la qualité de vie et de notre environnement, la culture qui favorise l'esprit créatif..... On peut aussi évoquer toute la générosité de tous ces bénévoles qui assurent des aides et des services utiles à la société. N'est-ce pas aussi un vrai travail ? Pourquoi n'y-aurait-il pas un revenu de reconnaissance ?

En voulant toujours trancher sur la faisabilité à court terme de ces idées, on sclérose la pensée citoyenne. Il faut que ce débat ce prolonge, c'est au politique de le garantir. Ne laissons pas l’Economie primer sur le Politique. C'est le Politique qui donne du sens et établi des perspectives d'avenir au risque de paraître utopique.

A choisir je préfère prendre le risque de l'utopie que de capituler sur un réel pragmatisme qui s’accommode des inégalités sociales.

Le 31 janvier 2017 Yves mas

émail : yves;mas@orange.fr

Textes de références catholiques

"Le travail est l’expression personnelle de la participation de chacun à l’œuvre créatrice."

Dans la pensée sociale de l’Eglise, plusieurs encycliques le confirment depuis la toute première Rerum novarum, en 1891 jusqu’à Laborem excercens, en 1981, le travail promeut la dignité de l’homme.

 
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×